Léon Marchand: "Je sais que j’ai bien travaillé et que je dois juste prendre du plaisir" | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 25 Avril 2023 - 10:30

Alors que Léon Marchand est toujours invaincu cette saison aux États-Unis, il sera de retour en France dans quelques semaines pour participer aux championnats de France de Rennes. Son programme sera copieux puisqu'en plus des épreuves individuelles, le Tricolore souhaite décrocher sa place dans des relais, à commencer par le 4x200 m nage libre. Il y a quelques jours, le Toulousain nous a accordé un entretien que vous pourrez retrouver en intégralité dans le prochain numéro de Natation Magazine qui sera disponible début mai. En voici des extraits. 

Tes dernières courses en compétition ont confirmé ta polyvalence et ta capacité à briller sur de nombreuses épreuves. As-tu d’ores et déjà déterminé ton programme pour les Mondiaux de Fukuoka ?

À Fukuoka, je pense que je vais avoir le même programme qu’à Budapest l’an dernier : 200 et 400 m 4 nages et 200 m papillon. Le 200 m brasse n’est jamais très bien placé lors des Mondiaux malheureusement. En revanche, aux JO de Paris, je pense que je m’engagerai sur le 200 m brasse. En tout cas, je nagerai cette épreuve aux championnats de France de Rennes. Sans oublier le 200 m nage libre que j’aimerai également disputer en Bretagne, afin d’intégrer le relais 4x200 m nage libre au Japon.

Justement, puisque tu évoques les relais, tu as réellement quelque chose à apporter au collectif. Est-ce important pour toi de prendre part à ces épreuves ?

J’ai vraiment envie d’intégrer le 4x200 m nage libre parce que je pense qu’on aura déjà de bonnes chances de médaille au Japon et encore davantage à Paris en 2024. Il faut que j’essaie de réaliser un bon temps pour pouvoir l’intégrer. Ça peut vraiment être une course sympathique. J’aimerais bien intégrer également le 4x100 m 4 nages.

En brasse ou en papillon ?

Joker (rires). On verra bien.

On se souvient qu’à l’issue de ta bonne saison chez les juniors en 2019, tu avais eu du mal à confirmer par la suite. Comment as-tu réussi à passer ce cap ?

J’avais du mal à apprécier la préparation avant la compétition. J’avais beaucoup d’attente, et cela entraînait la peur de ne pas y arriver. Je perdais beaucoup d’énergie. Désormais, c’est de mieux en mieux. J’aborde les compétitions beaucoup plus facilement. En arrivant au bord du bassin, je sais que j’ai bien travaillé et que je dois juste prendre du plaisir. Cela m’a fait beaucoup de bien. J’avais également du mal à endosser le costume de favori lors d'une compétition. Je sentais que j’avais quelque chose à perdre. Maintenant, je me dis que je n’ai pas grand-chose à perdre et j’arrive en étant beaucoup plus décontracté.

KMSP/Stéphane Kempinaire

D’autant que, si en France ça peut être mal vu d’assumer un statut de favori, ce n’est clairement pas le cas aux États-Unis.

Quand je suis arrivé aux États-Unis, j’ai eu un choix à faire. Sois je restais dans le modèle français où j’avais un peu peur d’être premier et où je n’avais pas vraiment envie de l’annoncer, soit je décidais de jouer le jeu à fond. J’ai choisi cette deuxième option et c’était assez facile finalement parce que je suis dans une équipe où les 20 nageurs qui la composent pensent qu’ils peuvent tout gagner. Ils se poussent pour être champions du monde et battre des records. Ça m’a plu. Je trouvais qu’il y avait moins de pression et qu’ils ne se prenaient pas trop la tête. Si tu as envie de gagner, tu t’entraînes pour et tu vois où ça te mène. On a aussi des compétitions régulièrement, ce qui aide à se surpasser en permanence.

Tu es beaucoup plus démonstratif également après une victoire. As-tu appris cela aux États-Unis ?

C’est vrai qu’on apprend à le faire ici. Il y a des mecs en finale C qui vont gagner et qui vont monter sur la ligne et taper dans l’eau. C’est dans la mentalité américaine.

On constate ta progression à travers les chronos, mais peux-tu nous expliquer à quoi ressemble ton quotidien avec Bob Bowman ?

Le matin, j’ai entraînement à 6h. Je me lève à 5h15 pour manger un peu avant. On nage jusqu’à 7h30 en général. Je précise bien « en général », parce que ça déborde souvent (rires). Ce sont des séances axées sur la puissance, avec 7 km au compteur. Ensuite, je rentre chez moi, je mange, je fais une petite sieste puis je pars en cours pour 10h30. Je termine à 12h. Je prends mon déjeuner et j’enchaîne avec le deuxième entrainement de 14h à 16h. Cette fois, c’est une vraie série cardio avec 8km à très haute intensité avec des départs très serrés. En deux heures d’entraînement on va peut-être avoir une minute de repos en tout. Ce sont des séances très difficiles. Ensuite je rentre chez moi, je fais mes devoirs et je me couche vers 21h. Pour recommencer le lendemain.

Recueilli par Jonathan Cohen

Le saviez-vous ?

Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)

À lire aussi

Partenaires Officiels