Championnats de France d'Angers - 3 records de France pour débuter | Fédération Française de Natation
Partager
Jeudi 26 Octobre 2023 - 20:45

La première journée des championnats de France en petit bassin qui se tiennent à Angers a tenu toutes ses promesses. Avec trois records de France et six nageurs déjà qualifiés pour les Euro de Bucarest, le spectacle a été au rendez-vous. 

Maxime Grousset, champion de France du 100 m papillon (record de France) et du 100 m 4 nages: 

Je voulais faire 48’’ (sur le 100 m papillon) mais je ne suis pas encore au niveau donc je le ferai à Bucarest. J’ai fait exactement ce que j’avais prévu sauf en finale du 100 m 4 nages où je glisse au départ. C’est dommage parce que j’aurais pu signer un meilleur chrono. J’ai de la force mais il me manque un peu de fraîcheur et d’explosivité. J’ai rarement été aussi peu affûté sur un championnat de France. On n’est pas là pour ça cette année. On prépare les Jeux olympiques. Je suis plutôt satisfait mais j’ai un peu les boules à cause du 100 m 4 nages. Ça ne doit pas arriver.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Anastasiia Kirpichnikova, championne de France du 1500 m nage libre (record de France): 

J’avais l’objectif de battre ce record de France du 1500 m nage libre, mais j’espère que je nagerai plus vite à Bucarest. Cela fait simplement un mois que j’ai repris l’entraînement après des bonnes vacances. Le mois de décembre va être chargé car il y a les qualifications pour l’eau libre à Funchal le 2 décembre et ensuite les Euro de Bucarest dès le 5. La reprise a été un peu difficile et c’est parfois dur mentalement parce que les Jeux olympiques approchent. J’espère décrocher une médaille à Paris mais j’ai besoin de travailler plus dur qu’avant et je me sens prête.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Charlotte Bonnet, championne de France du 200 m 4 nages: 

Je ne pensais pas faire ce temps-là. J’ai eu un début de saison un peu compliqué et j’ai eu du mal à me remettre dedans. J’ai ouvert le début de saison à quelques sollicitations médiatiques pour pouvoir être tranquille par la suite, ce qui m’a fait manqué des entraînements. On a réduit le kilométrage avec Philippe et les championnats de France sont tôt dans la saison. Je ne m’attendais pas du tout à nager ce chrono. J’ai choisi de faire le temps de qualification ce matin sur 100 m nage libre pour pouvoir l’ajouter à mon programme aux Euro. J’ai envie de garder ce 200 m 4 nages cette année parce que je trouve que c’est assez complémentaire avec le travail du crawl, pour le rythme, la caisse, continuer à avoir de la brasse pour assurer pour le relais. Cette course me conforte dans mon choix. Aujourd’hui, j’ai quasiment réduit de moitié mon entraînement quotidien et ça répond plutôt bien. C’est cool.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Mehdy Metella, vice-champion de France du 100 m papillon: 

En 2017, j’ai été médaillé aux Mondiaux en étant à 40% de mes capacités. Aujourd’hui, j’essaie d’être à 100%. C’est une année décisive pour moi. Il y a les Jeux olympiques à Paris et on veut marquer le coup. Ça fait du bien de rebondir suite à ma dépression après les JO de Tokyo. Je suis arrivé aux Étoiles deux semaines avant les championnats de France de Rennes. J’ai fait 4 mois d’entraînement avec un mois de vacances. Le chrono est plutôt bon et c’est de bon augure. Je me suis fixé un objectif ambitieux pour le mois de juin. Aux Étoiles, ça se passe bien. On travaille bien avec mon entraîneur (Olivier Sangaria). Je ne suis pas encore complètement guéri de ma dépression. C’est une étape difficile mais je suis sur la bonne voie.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Mewen Tomac, champion de France du 200 m dos (record de France): 

Je ne m’attendais pas forcément à battre ce record de France car on n'a pas trop relâché et l'objectif c'était de gagner, et de faire le temps de qualification pour les championnats d'Europe en petit bassin (5 au 10 décembre à Bucarest) pas forcément de faire un gros temps. Je suis étonné et content, je voulais me laisser aller, faire la course au feeling et c'est ce que j'ai réussi à faire. J'essaye d'être le plus régulier à l'entraînement, d'être le plus fort possible tout le temps.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Pacome Bricout, champion de France du 400 m nage libre: 

Je suis satisfait de nager 3’41. Je ne pensais pas réussir ce temps-là. Je ne suis pas venu ici pour ça mais plutôt pour le 800 et le 1500 m nage libre. Je suis très content d’être champion de France sur ce 400 m. J’ai de la vitesse, la caisse, je me sens bien dans ce bassin. Je suis vraiment content. J’ai réussi à accélérer dès que je le voulais.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Pauline Mahieu, championne de France du 50 m dos: 

J’espérais obtenir ma qualification sur ce 50 m dos, mais je suis surtout venue pour le 100 et le 200 m dos. Je suis contente malgré tout de décrocher ce titre parce que je ne m’y attendais pas. J’essaie de me concentrer sur moi, c’est comme ça que je réussis. J’ai de l’ambition pour le petit bassin. C’est important pour m’épanouir et pour travailler sur les parties non nagées.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Recueilli à Angers par Jonathan Cohen

Le saviez-vous ?

Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015

À lire aussi

Partenaires Officiels