Championnats du monde de Fukuoka: le relais 4x100 m 4 nages messieurs au pied du podium | Fédération Française de Natation
Partager
Dimanche 30 Juillet 2023 - 15:30

Dernière journée sans médaille pour l'équipe de France de natation qui termine donc avec 6 médailles dont 4 titres au compteur. Un excellent bilan comptable même s'il reste encore du travail pour être encore plus performant l'année prochaine à Paris. 

David Aubry, 8ème de la finale du 1 500 m nage libre en 14'56''63

Cette course était très compliquée. Je nage deux fois sous les 15 minutes après avoir commencé l'année avec onze kilos en trop. La course s'est emballée dès le début et je n'ai rien pu faire. Au bout de 500 m, j'avais les bras et les jambes lourds. Je voyais le Hongrois qui remontait et je n'ai rien pu faire pour le contrer. Je n'ai aucun regret. Je sais que j'ai encore du travail pour l'année prochaine. Je vais me remettre au travail rapidement. C'était déjà un exploit que je sois dans cette finale.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Relais 4x100 m 4 nages masculin, 4ème en 3'29''88

Hadrien Salvan, 4ème relayeur:
J'ai pris le bouillon. Sur le premier 50 m, il y a trois bras ou je passe au travers tellement il y a de vagues. Mais j'ai kiffé. C'était trop bien. Je vois Kyle dans les 25 derniers mètres mais je n'ai pas vu le Chinois. J'avais décidé de me concentrer sur moi-même parce que je savais que je n'étais pas le meilleur sprinter de cette finale. Je suis super content de cette 4eme place, même s'il y a forcément un peu de déception de manquer le podium pour deux dixièmes. Je ne suis pas prêt d'oublier cette soirée, c'était une des plus belles de ma carrière.

Yohann Ndoye Brouard, 1er relayeur: 
J'espérai un peu mieux mais ça commence à être long après huit jours de compétition. Ce n'est pas trop mal. J'ai essayé de lancer ce relais de la meilleure des façons et j'ai tout donné donc je n'ai pas de regret. Le temps est bon. Ça m'a étonné de voir ce chrono et qu'on ne soit que 4eme. J'ai profité de cette course, j'ai encouragé mes coéquipiers. Quand j'ai vu qu'on était deuxièmes, je savais que ce n'était pas fini parce que Chalmers, c'est un loup.

Léon Marchand, 2ème relayeur: 
Ce n'était pas facile. Je me suis un peu emballé dans le premier 50m. J'en avais besoin mais dans le dernier 25m, je suis debout. Je n'ai pas l'habitude de disputer ce genre d'épreuves. J'ai kiffé, j'ai pris beaucoup de plaisir avec cette équipe et on a fait une belle course. On construit ce relais, comme le 4x200. On s'entend bien et je pense que l'année prochaine on sera au top.

Maxime Grousset, 3ème relayeur: 
Ce matin j'y suis allé tranquille et ce soir je voulais donner le plus d'avance possible. C'était un super relais. C'est en construction. On fait de mieux en mieux. On peut clairement viser une médaille la prochaine fois. On peut retenir notre chrono et cette semaine qui a été pleine de performances. Je sens beaucoup d'énergie dans cette équipe. Il y avait beaucoup d'envie et c'était génial.

KMSP/Stéphane Kempinaire

Relais 4x100 m 4 nages féminin, 8ème en 3'59''24

Charlotte Bonnet, 2ème relayeuse: 

On ne peut pas être déçues. On est dans une configuration assez spéciale. J'étais prévue pour nager le crawl il y a encore un an et on avait pas de brasseuse. On a toujours pas quatre filles au top niveau international. On fait avec les armes du jour. On n'a pas à rougir de notre performance. On fait partie des 8 meilleures mondiales, c'est ce qu'il faut retenir.

Marie Wattel, 3ème relayeuse:

Je suis épuisée et dans l'incompréhension. Je ne comprends pas pourquoi je me prends sept dixièmes par rapport à ce matin. Je suis juste déçue de ma performance pour le relais. C'est moi qui suis le plus loin de mon meilleur temps.

Pauline Mahieu, 1ère relayeuse: 

Je suis très déçue. Je rate mon départ et je n'ai pas réussi à passer outre. C'est dur d'être loin. L'objectif était d'intégrer cette finale et je suis fière qu'on ait réussi. On sera meilleures l'année prochaine. C'est encore de la prise d'expérience et j'ai envie de travailler encore plus dur pour progresser.

Lison Nowaczyk, 4ème relayeuse: 

Je n'étais pas prévue dans ce relais et j'en ai profité pour prendre de l'expérience. Ce matin on a atteint notre objectif. On a tout donné, je suis contente. Quand je suis partie de chez moi, j'ai pleuré parce que mon chat me manquait trop. Mais l'équipe est super cool et je me suis bien intégrée. J'ai passé trois semaines incroyables et j'espère être là l'année prochaine. 

​​​​​​​KMSP/Stéphane Kempinaire

Recueilli à Fukuoka par Louis Delvinquière (avec Jonathan Cohen)

Le saviez-vous ?

Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07

À lire aussi

Partenaires Officiels